Âmes sensibles, demi-tour ! Update*

Sur demande pressante de la Maison George Larnicol, je me vois dans l’obligation de retirer le terme « Kouignette » de cet article.    Concernant la photo, je vais faire mon possible dans les jours à venir… PS : je ne pensais pas être aussi populaire 😉 

Cela va vous paraître un peu étrange que je vous fasse un tel aveu. Après tout, on ne se connaît pas tant que ça…

Et pourtant, je dois vous le dire : aujourd’hui j’ai goûté la Kougnette de Cyril !
Elles me faisaient envie depuis longtemps ses Kougnettes mais à chaque fois que je me laissais tenter, elles avaient déjà été toutes boulotées.
Par des enfants voraces (oh la) ? Par des mamans gourmandes (ben euh) ? Va savoir…
Toujours est il que je n’y avais jamais droit.
Ce matin, j’étais bien décidée à obtenir ce privilège. Queue ou pas devant l’établissement, j’aurais ma Kouignette !
De toute façon, j’étais prioritaire : c’était censé me remonter après une prise de sang. Et comme les kougnettes de Cyril ont pour réputation d’être bien sucrées… (Si si, j’ai honte)

Même pas maquillée pour l’occasion, à peine une barrette dans les cheveux (j’allais finir décoiffée alors), je me présentais à la porte de Cyril, et essayais déjà de discerner l’étalage à travers la vitre.
Je ne distinguais pas grand chose entre la mèche qui me tombait sur l’œil et les porte-monnaies de ces dames, prêtes à toutes les folies pour s’offrir les kougnettes.

Quand vint mon tour, que je fus devant le Saint Graal, une émotion m’étreignis. Quelles jolies petites choses ! Bien rondes, d’apparence légère et pourtant d’une belle densité.

Dire que j’en aurai bientôt une sur ma table ! Je la tremperai goulûment dans un bol de thé bien chaud (oui, c’est comme ça, chacun ses coutumes)…

Je la saisis délicatement et l’emmenai avec moi. Il allait encore falloir résister un moment : le laboratoire nous attendait.
J’eus presque l’impression qu’elle se recroquevillait à l’idée de ce lieu froid et aseptisé. « Bientôt » dis-je pour la rassurer.
En réalité, c’est une heure qui s’écoula.

Je n’étais plus en état d’attendre lorsque j’arrivais enfin chez moi.
L’eau bouillit en quelques secondes. Il n’y avait plus que la Kougnette et moi.

Enfin presque… Le chat par l’odeur alléché lui tint à peu près ce langage (ah non merde, c’est pas la même histoire ça !).

Kouignette chat

Ça y est je goûte. D’une toute petite bouchée d’abord pour découvrir tout le feuilleté d’un fabuleux croissant, tout le moelleux d’une base qui m’évoque un far breton, puis passionnément jusqu’à ce qu’il n’en reste rien.KouignetteLa Kougnette, je suis adepte. Au petit papa Noël j’en demanderai la recette. And yes, I’m talking about food! Comme dirait l’autre : « what did you expect?! »

La Pâtisserie by Cyril Lignac
24 rue Paul Bert
75011 Paris

Plus de douceurs ici

Publicités