Gratinsipide

Que demande-t’on à un acteur ? 
De devenir un personnage. De s’imprégner de son histoire, de ses valeurs, de sentir ce qu’il sent, de bouger comme il bouge, de réagir comme il le ferait*.

Que fait un personnage dans un film ? Il vit des aventures, ou du moins des moments un peu hors du commun. Il cherche le plus souvent à résoudre une problématique dans laquelle il est englué. Alors il souffre, il espère, il se bat, il doute, il est désemparé, il est jaloux ou en colère, heureux ou exalté, surpris, curieux, honteux, vexé et bien d’autres choses encore.

On est donc bien d’accord que le visage du comédien et les expressions qu’il manifeste sont au cœur du métier qu’il exerce ?

Ok, alors en partant de ce postulat, what the fuck font Carey Mulligan et Louis Garrel dans l’industrie du cinéma ???

carey_mulligan_drive_promo_at_the_2011_comic_con_21july__2rPQ45p.sized

 

Louis+Garrel+Un+Ete+Brulant+Photocall+Venice+Se8hi8xb6vLl

 

On pourrait évidemment en citer d’autres (Marion Cotillard, Clive Owen, Kristen Stewart, Nicole Kidman post chirurgie, Gerard Butler, Megan Fox…) mais concentrons-nous sur ces deux-là qui ont quand même énormément de caractéristiques communes :

1. Le regard de truite rassie 
Soit ils fument des pétards toute la sainte journée soit c’est une malformation congénitale ou encore la mononucléose mais jamais je n’ai vu pareille lourdeur de paupières. 
D’ailleurs, peut-être est-ce là la raison de leurs médiocres interprétations : ils ne distinguent même pas qu’ils sont sur un plateau !
Avec de tels yeux, difficile de jouer autre chose que la dépression et pourtant, ils sont castés pour incarner des hommes et des femmes à facettes multiples.

louis_garrel_reference

 

16764841001_2710211240001_inside-llewyn-davis-carey-mulligan

 

2. L’énergie d’une tourte aux mollusques
Quand ils marchent, ces deux-là traînent les pieds comme s’ils se déplaçaient sur du béton frais ou ciraient un parquet imaginaire. 
Leur débit de parole semble dépendre d’un top chrono qui ne vient jamais et le volume de leur voix nous fait diagnostiquer un sérieux emphysème (autrement nommé syndrome Wentworth Miller). 
Les épaules courbées comme s’ils portaient toute la misère du monde, ils se meuvent avec la grâce spécifique aux adolescents sujets aux crampes de croissance. 

3. La hantise des coiffeurs 
Lorsque les professionnels du cheveu voient débarquer Carey Mulligan sur le set, des sueurs froides détrempent soudain leur chemise D&G. Que vont-ils pouvoir faire de ce peu de matière terne, molle et encadrant un visage ordinaire ? Comment camoufler ce nez de cochon sans longueurs ?
Les français eux, ont abandonné depuis longtemps déjà tout espoir de donner quelque forme ou vivacité à la masse flasque et morne qu’est Louis Garrel. Là aussi, le tarin est source d’angoisse car même un projo ne saurait l’éclipser.

4. Ils ont été bons une fois
Dans « An education », Carey était initiée à tous les vices par le subversif Peter Sarsgaard (qui devrait également consulter un ophtalmo). Bien dirigée ou ayant bénéficié d’une exceptionnelle poussée d’hormones lors du tournage, elle semblait posséder quelques couleurs sur sa palette.
Dans… Euh… Laissez moi réfléchir.. Ah peut-être.. . ….. .. …  …. Non, c’est officiel, Louis n’a jamais eu de fulgurance artistique. 

5. Ils devraient prochainement être nommés au Razzie Awards
On pourrait même décerner un prix spécial pour la scène la plus atrocement longue de toute l’histoire du cinéma à Miss Mulligan pour sa chanson dans Shame, film par ailleurs absolument insupportable.
Quant à Garrel Junior, il est déjà entré au firmament pour l’ensemble de sa carrière puisqu’un tumblr hilarant lui est dédié depuis 2011 : http://garrelouvreuse.tumblr.com qui a même été repris par le magazine UGC illimité numéro 228 de décembre 2013.

photo-7

Si vous avez un avis contraire à propos de l’une de ces personnalités, j’attends avec grande impatience vos arguments !

*Ah on me signale dans l’oreillette qu’il est également attendu des acteurs qu’ils parlent couramment et sans accent un certain nombre de langues étrangères. Après tout, c’est la moindre des choses, n’est-ce pas Oreillette ? 😉

Publicités