Déménagement obligatoire !

Non vraiment, mon changement d’adresse s’impose : avoir la pâtisserie de M’sieur Lignac en bas de chez moi, c’est plus possible !
Je ne suis pas sûre qu’il reste encore un gâteau qui ait échappé à mon palais… Et à mon muffin top !

Quoi, vous ne savez pas ce qu’est le muffin top ? Tant mieux pour vous, j’ai envie de dire. Vous voyez le sublime bourrelet qui dépasse du pantalon, là, juste au-dessus de la ceinture ? Eh ouais ça ressemble étrangement au gonflement caractéristique du muffin au-delà du papier.
Voilà donc le mal dont je souffre à force d’engouffrer les religieuses, millefeuilles, tartes et autres babas du grand aveyronnais.
S’ils étaient moins beaux aussi…

Le gagnant selon moi est le fraisier et c’est d’ailleurs parce qu’il n’est pas sur les présentoirs hors saison que je m’échine à goûter tous les autres.
Je décline donc toute responsabilité pour mon addiction.

20131220-234252.jpg

20131220-234408.jpg

20131220-235608.jpg

Si je peux me permettre quelques suggestions (parce qu’avec tout l’argent que j’y laisse, je crois que j’ai un ptit peu le droit mine de rien) : une lichette moins de cassis dans la tarte l’alliant à la myrtille lui conférerait un glorieux équilibre. Il est écrasant dans la recette actuelle.

Quant à la nonne rouge, gardons le design et changeons la garniture : le mariage framboise-chocolat n’est pas très heureux tant en goût qu’en texture.

Un grand bravo en revanche pour l’idée diaboliquement ingénieuse de la frangipane en remplacement de la crème pâtissière dans l’escargot du pain aux raisins.

Heureusement que je ne suis pas à Paris pour les fêtes, j’aurais bien été capable d’aller y chercher la bûche !!

Publicités