Lost in collation

Quand les voisins décident de jouer du marteau-piqueur 7 heures par jour, il n’y a qu’une solution : aller bosser dans un troquet.

Ensuite, cela devient une habitude : les serveurs vous gardent votre place près du radiateur, ils vous apportent un café avant même que vous ne le commandiez et la table du fond devient petit à petit votre bureau mobile. Les derniers jours, vous finissez même par brancher votre ordi sur secteur !

C’est ainsi que j’ai élu domicile au Bidule, face à la sortie du métro Faidherbe. De cafés en déca en coca, j’ai vu défiler les clients de l’après-midi. Ceux qui ont donné rendez-vous à leur famille pour une explication corsée, celles qui sont en manque de contact humain et cherchent à démarrer une conversation à tout prix, ceux qui se réunissent pour brainstormer l’idée du siècle… Et moi qui m’étale, avec mes notes sur papier et qui mâchonne mon stylo en essayant de trouver le mot juste.

Mais la routine se termine déjà et pour fêter mes derniers instants dans la peau d’un redneck, je me fais la fête : et un pain perdu maison siouplait !

Quelle bonne décision : 2 grosses tranches de brioche débarquent dans une assiette gorgée de sirop d’érable ! À peine croustillantes et vite moelleuses, comme longtemps trempées dans de la crème anglaise, j’ai du mal à me suffire de petites bouchées de jeune femme bien élevée !
Dans mon rêve éveillé, je sauce même le plat avec mon index 😉

Pourvu qu’on me confie rapidement une nouvelle traduction, que j’aille pré-dépenser mes honoraires en goûters au bureau !

20140126-234531.jpg

Publicités