Sacré bidon

Saturday brunch obligatoire pour éviter toute cuisine après s’être couchés à 4h du mat. À l’occasion d’une balade récente, j’avais pu constater les effets de la nouvelle place de la république sur l’implantation de commerces dans le secteur. Ces changements m’avaient principalement semblé flagrants dans la rue Lucien Sampaix qui s’était émaillée de jolies petites cantines à la mode bobo.

Je proposais donc d’aller en essayer une. Je pensais au Tuck Shop mais nous nous sommes rabattus sur HolyBelly en raison de l’affluence.

Et grand bien nous en a pris. Tout d’abord parce que j’ai trouvé le loft où j’aimerais habiter et puis parce que je garderais volontiers les cuistots !!
L’intérieur est super chaleureux. Le long du comptoir, ont été aménagés des box tête-à-tête intégrés au mur. Une économie de place certes, mais également très esthétique.

photo 4

Au fond, une salle cosy, avec une grande table communale en bois et un coin lounge équipé d’un gros canapé en cuir confortable.

photo 1

La cuisine est ouverte, toute en inox et le monsieur qui fait la plonge est isolé dans un autre espace, derrière une sorte de paravent translucide. On dirait qu’il est sous la douche !

L’éclairage est doux, les luminaires industriels juste ce qu’il faut.
Les serveurs sont castés sur leurs coiffures improbables et le nombre de tatouages qu’ils arborent. Ils semblent tous bilingues (quand nous nous installons autour de la table, force est de constater que les clients sont en grande majorité anglophones).

Un malentendu nous fait commander une assiette de pancakes salés et une de sucrés. Le temps que nous nous apercevions de l’erreur, il est trop tard pour se raviser. Nous nous en accommoderons. Un café latte glacé et un chai donneront la touche ptit dej. Les plats arrivent au bout d’un temps relativement long (il ne reste plus une goutte de ma boisson) mais c’est samedi et on a pas de train à prendre.

À l’œil, la version sucrée est plus jolie que l’autre.
Je croque dans le bacon qui croustille comme il se doit. Les pancakes sont plutôt minces donc moyennement aériens. Le principal problème réside dans le fait qu’ils sont détrempés par le sirop d’érable. Conséquence : je ne détecte pas le goût de l’œuf. La texture est pourtant sympathique mais trop de sucre tue le sucre.
Finalement notre commande est un heureux accident parce que je n’aurais pas pu le finir seule.

photo 3

L’assiette sucrée est étrangement plus équilibrée. L’acidité des agrumes contrebalance le sirop. La crème fouettée ajoute du moelleux et un peu de fraîcheur.
Ingénieuse idée que les pistaches concassées et parsemées sur le dessus : elles apportent la résistance sous la dent.

photo 2

La note tourne autour des 35€ pour 2. Pas donné c’est vrai mais dans la moyenne des prix parisiens.
Bref, une agréable fin de matinée avec un niveau sonore approprié (voir post sur JanTchi à venir). À revisiter prochainement pour goûter autre chose.

 

Holybelly
19 rue Lucien Sampaix
75010 Paris

Photo des box empruntée au blog « au boudoir » (qui avait testé le HolyBelly bien avant moi en octobre 2013). A consulter ici

Publicités