Gentil JanTchi

Se lasserait-on vraiment de manger toujours la même chose ? Ce n’est pas une fan de la mono-alimentation comme moi qui vais répondre à cette question. Quand j’aime un plat, je suis capable de le déguster matin midi et soir. Les salades de papaye verte et leurs effluves de piment écrasé au marché de tong Sala, les huîtres fraîchement ouvertes et arrosées de pichets de vin blanc au soleil de Sommières, les financiers à la framboise du Triomphe rue d’avron, les gyozas d’Higuma… La liste est longue de ce que j’ai avalé tous les jours d’une même semaine !

Mais comme on (je) ne vit pas en autarcie, il faut bien diversifier les adresses. C’est dans cet esprit que nous avons essayé JanTchi, un Coréen de la rue Thérèse. Sans recommandation aucune, juste en observant la clientèle à l’intérieur et les menus d’une bonne dizaine d’autres restaurants du quartier. Il y avait la queue devant la porte mais ce n’est pas nécessairement un gage de qualité.

On nous a proposé une table pour 2 à l’étage et j’ai vite estimé que ce n’était pas l’endroit idéal pour un dîner en amoureux (mais ce n’était pas le but de la soirée). En effet, nous étions cernés de tablées de potes et l’acoustique aurait été parfaite pour une salle de concert !

Quelques débats furent engagés pour décider de la commande et je cédais pour partager un BBQ traditionnel.
La grosse machine a vite pris la quasi-totalité de la place sur le petit guéridon et le reste s’est trouvé encombré d’un assortiment de légumes variés dispersés dans un tas de soucoupes.
Une assiette supplémentaire de bœuf était à notre disposition pour compléter la portion déjà disposée sur la plaque brûlante. Chacun était équipé de son bol de riz.

photo-16

Ca sentait sacrément bon cette viande et ces lamelles d’oignon ! Tout le temps de la cuisson, les serveuses se sont relayées pour prélever le bouillon dans la rainure du dispositif et en arroser les fines tranches persillées. Attention, persillées ne signifie pas persillade mais que la viande était tachetée de blanc (de filaments de gras, en fait), preuve de grande qualité et de goût délicat.

photo-15

Et effectivement, je l’ai trouvée tendre, juteuse et savoureuse. Dans les mini-jattes, le kimchi (chou pimenté) était bien piquant, les aubergines marinées au soja et à l’ail moelleuses, les épinards au sésame et oignons délicieux. Le mélange des goûts m’a donné entière satisfaction mais j’étais vraiment gênée par le brouhaha.

Nous n’avons pas laissé une miette des accompagnements et j’ai versé le reste du bouillon dans ma cantine de riz pour le terminer à la cuillère. Ça en dit long sur la qualité du repas…

Pour reposer mes tympans, il nous a suffit de quelques mètres pour rejoindre la terrasse de La Bombe et sa spécialité : les mojitos.
À renouveler un soir de semaine peut-être ?


JanTchi
6 rue Thérèse
75001 Paris

Publicités