Les filles en petite forme

Il y a déjà plus d’un mois que j’ai vu Charlotte Gabris sur scène et quelques semaines que j’ai assisté au stand up de Nora Hamzaoui. Il ne m’a pas semblé pertinent de faire un article sur chacune car je ne voyais pas grand chose à en dire. Si l’on fait la « somme » des 2 spectacles en revanche… Eh bien on constate que même si les filles ont très envie d’être les nouvelles reines de l’humour, la réalité est toute autre !

Charlotte-Gabris-afficheNORA-HAMZAOUI-visuel-affiche-2

D’abord Mesdemoiselles, prière de bien vouloir arrêter de nous raconter la réaction de vos parents lorsque vous leur avez annoncé que vous vouliez devenir comédiennes. 1) parce qu’on l’entend depuis la nuit des temps 2) parce que tout le monde s’en fout 3) parce que oui, on a compris que vous aviez le potentiel pour faire de hautes études !
Ensuite, l’arrivée à Paris… C’est vrai que le filon n’a pas déjà été exploité ! Alors peut-être que ce n’est pas la même époque que celle à laquelle Popeck, Gad et autres Dany Boon ont débarqué mais le « gratin parisien » n’a guère changé. Les architectes d’intérieur qui vont bruncher (Charlotte) sont les nouveaux écrivains maudits qui squattaient la terrasse du Flore ou des 2 magots.

Ah j’oubliais la confrontation homme/femme, en voilà de l’inédit ! Ouh la la on est pas pareils : les nanas se bourrent la gueule entre copines en se balançant des répliques au vitriol parce que, dans le fond, elles se détestent, elles sont jalouses au point de haïr une meuf imaginaire sur laquelle leur homme pourrait fantasmer (Nora), les mecs ont 2 pensées qui alternent dans leur cerveau reptilien, ils n’aiment pas se laver, sont des gros lourds quand ils draguent (Charlotte comme Nora) mais on les aime quand même (conclusion générale).

J’ai souri à une ou deux reprises mais définitivement pas ri. Je dois même avouer que je me suis forcée à paraître amusée pendant le show de Nora Hamzaoui parce que nous étions près de la scène et que ça m’aurait fait de la peine, à moi, de voir visages fermés et bras croisés dans la salle. 

Comment expliquer le coup de coeur de Telerama pour Charlotte Gabris ? Sans doute comme l’élection de Miss France : on choisit parmi celles qui se présentent… 

L’écriture manque de peps et d’originalité, les chutes sont prévisibles et le stand up commence à montrer ses limites : n’importe qui monte sur scène sous prétexte qu’il (ou elle) fait marrer ses potes en soirée.
Sauf que nous on est pas leurs potes donc moyennement bon public. Le côté récitation bien apprise m’a particulièrement irritée bien que je puisse comprendre que rabâcher le même texte tous les soirs soit lassant…

Mais justement,  le public ne doit-il pas avoir l’impression que le spectacle est joué devant lui pour la première fois ? N’est-ce pas au naturel du comédien que l’on reconnaît le vrai talent ?
C’est en tout cas mon critère principal et il me faudra – semble t’il – attendre encore un peu pour qu’il soit satisfait.

Publicités