Ceci n’est ni un prénom ni une insulte

Mme Hidalgo qui se fend d’un courrier pour complimenter un établissement, le fooding qui vante la possibilité de faire le tour de l’Asie en un seul et même endroit et des blogueurs qui veulent en faire leur cantine ?
Ça fait pas mal de raisons de rendre visite à Lüük, rue de Clignancourt.

De l’extérieur, on ne voit rien tant la porte vitrée est embuée. Entrons donc percer le mystère !
Nous n’avons pas beaucoup à forer parce que le local est tout petit. On nous propose de nous installer dans le fond. Il n’y a pas foule pour l’instant, nous avons le choix du roi. 

Tout fait très propre. Les 8 tables suivent la tendance industrielle : du bois brut imitation chêne, pieds en metal… version cheap.

Le menu, une simple feuille A4, propose 7 plats : un bo bun, un pho et 5 bentos (Cambodgien, Malais, Cantonais, Thailandais et végétalien). Le tarif est unique : pour le déjeuner comme pour le dîner, vous débourserez 8,90€.
Les formules de 10,50 à 16€ incluent soda, boisson alcoolisée et/ou dessert. Et parlons-en des desserts ! Fi des traditionnels glace au thé vert ou entremet banane-tapioca-lait de coco ; ici c’est tarte, baba, cheesecake et autres macarons.

Du jamais lu pour un restaurant asiatique !!

Luuk4

Cela suffit à attiser notre curiosité… P. Commande un bento Thai et j’opte pour le bo bun. Nous testerons les gâteaux dans un deuxième temps.
Le service est relativement long. Une seule serveuse s’active et une grosse vague de clients à déferlé le temps que nous fassions notre choix.
L’espace est désormais plein. La clientèle est variée : une grande tablée de hipsters entre 25 et 30 ans, un couple très classe, la soixantaine rayonnante et deux voyageuses dans la même tranche d’âge que les amoureux (qui dit petite salle dit aussi écoute involontaire de conversations). D’autres attendent sur un banc face au comptoir de récupérer leurs plats à emporter. 

Les nôtres sont posés devant nous.

Luuk2

Les portions ne sont pas à la hauteur du prix : le plateau de P. est minuscule. Un pauvre nem accompagne une « salade » de radis noir et carotte.
Le pad Thai est catastrophique ! D’abord les nouilles ont été coupées (outrage), de plus elles sont d’une pâleur inquiétante et enfin ont l’air d’une sécheresse absolue. Je souhaite bonne dégustation et bonne chance à mon acolyte.

Le bo bun est moins dramatiquement moche mais la viande est carameliso-cramée… Le tas de molles carottes râpées (réut du bento ?) sur le dessus n’arrange rien. Même une fois les ingrédients mélangés, je ne retrouve pas une seconde le goût du bo bun. Les yeux fermés, j’aurais été bien incapable de nommer le plat que je mange.

Luuk

Comme l’aspect le laissait deviner, celui de P. est aussi sec qu’insipide. Grosse déception !

Les deux copines à notre droite demandent de la sauce soja, nioc nam ou n’importe quelle autre alternative pour arroser leur bento cantonais dont elles disent sans détour à la serveuse qu’il est fade.
Nous terminons tant bien que mal et demandons un cheesecake à la vanille ainsi qu’un chou praliné chocolat sésame noir. 

Préparés à être aussi emballés que précédemment, nous sommes agréablement surpris par les desserts. Le premier est tout à fait honorable bien que la crème soit franchement compacte et le second est, en fait, carrément original et plaisant.

Luuk3

Luuk5

Ok la pâte à choux est un poil dure mais l’intérieur est très léger en texture et très prononcé en goût. Le mélange sucré salé fonctionne parfaitement et le cœur de nougatine tombe à pic. Les tailles sont généreuses, trop pour le cheesecake qui, même partagé, reste assez écoeurant. 

Pour faire un bilan, je suggérerais à Luuk de conserver la pâtisserie et de ne surtout plus toucher à un wok. 
D’avance merci !

Lüük
27 rue de Clignancourt
75018 Paris 

Publicités