Major Tom

Quand on rentre de voyage, il y a deux méthodes pour reprendre contact avec la réalité. Soit atterrir doucement en essayant au maximum de conserver la zenitude acquise pendant la déconnection, soit se jeter tout de suite dans le grand bain en replongeant dans les activités qu’offre votre ville de résidence.
Ce n’est pas l’envie qui me manque de fuir la foule et de m’enfermer à tout jamais chez moi mais la chaleur des premières semaines de juillet m’a gentiment poussée à retourner parmi les vivants.
Et des vivants, il s’avère qu’il y en avait tout à coté de mon refuge alors je suis allée leur rendre visite.

A l’entrée du 26 rue Ordener, 4 vigiles bien balaises papotent. Au dessus de leurs têtes, on peut voir peints à la main les mots terrasse, bar et pétanque.
Une asso qui aurait envahi un autre tronçon de la petite ceinture ? Je m’approche et demande de quoi il s’agit.
Un espace éphémère me dit-on… Libre à nous d’entrer y faire un tour.

L’imagination tourne à fond de turbines. Que va t-on bien pouvoir trouver en descendant les escaliers ?
Un jardin en friche avec canapés dans les herbes hautes et BBQ en libre service ?
Ah on commence par un immense mur de béton orné d’un tag représentant un train qui déraille ! Pas vraiment de bon augure…

IMG_4050
On longe le mur et le cerveau continue ses projections : des paillottes animées par des barmen à la cool et des nattes à pique-nique au bord d’un lac artificiel, une piscine d’eau salée avec plage en bois et transats bricolés…

Toujours pas ! Au programme : parcelles rectangulaires de pétanque caillouteuse entre les rails et chaises longues éparses + parasols qui, sous le ciel gris d’aujourd’hui, protègent surtout des gouttes. Tout autour, des tours HLM écrasantes et des poteaux électriques à la retraite.

IMG_4028-1
Nous parvenons à un coin qui annonce bistrot, salle à manger et brocante. Ceux-ci sont distribués autour d’une cour où discutent, attablés ou accoudés au béton, des quarantenaires qui ont l’air de se prendre bien au sérieux.

IMG_4030-1

IMG_4037-1

La brocante est modeste mais éclectique. Les bières du bar sont hors de prix tout comme les pizzas. En fait, ça pourrait être sympa mais l’ambiance est coincée. Les organisateurs ne semblent pas s’être approprié les lieux ce qui pourrait s’expliquer par le côté provisoire de la chose mais ils sont quand même là pour 5 mois !! Il va falloir se remuer un peu là. Ca manque de folie tout ca.

Tiens, de la musique ! Nous suivons les notes jusqu’à une autre salle où sont massées quelques dizaines de personnes. Sur l’estrade, un homme, une femme, un synthé et beaucoup beaucoup de cinéma. J’attends que les gens se mettent à rire. C’est une parodie, n’est-ce pas ?

IMG_4047
Tout le ridicule de la clientèle est résumé dans cette mascarade. Le décalage doit être trop grand entre les paysages du Cambodge et la branchitude parisienne…

Un peu plus loin, un préau abrite un clothestruck et une flopée de familles fashion désœuvrées. Les femmes s’occupent des petits et les hommes regardent le Tour de France sur écran plat. La table de ping pong est à l’abandon (en même temps, ça y est il pleut).

IMG_4040

FullSizeRender-1

IMG_4045-1

IMG_4048

Résumons : je ne suis pas sûre de passer mes week-ends ici mais l’idée est bonne de reconquérir des usines désaffectées et autres bâtiments publics qui ne servent plus à rien ni à personne.
Reste à y introduire un peu de mixité. A bon entendeur…

Ground Control
26 rue Ordener
75018 Paris

Publicités